Media

On stage

Reviews

"Eine enorme Bühnenpräsenz hat Charaktertenor Michael Gniffke als Christobald, der Geiger. Sein Auftritt elektrisiert. Er war Augenzeuge der Tat und enthüllt Lolas Sohn Peter das Geheimnis seiner Abstammung. Er hat sich in den 30 Jahren zum Feuerteufel entwickelt, Wagners Loge lässt grüßen. "
(opernmagazin.de, Ursula Hartlapp-Lindemeyer, Irrelohe, Opera National de Lyon, 21.3.2022)

***

"Christobald est un rôle de ténor plus léger qui fait pendant au ténor dramatique qu’est Heinrich, il y a dans la composition vocale de la distribution un soin particulier apporté aux couleurs des rôles. Christobald c’est Michael Gniffke, excellent ténor de caractère, au sens où la voix est pliée à la nature inquiétante du rôle, et doit plus que d’autres travailler le phrasé et la diction, marque des ténors de caractère qui soignent la couleur plutôt que la puissance, Et Gniffke réussit à la fois à être inquiétant dans son obsession de la vengeance avec son violon qui est presque instrument de malédiction (on pense au Violon de Crémone d’Hoffmann) et en même temps plus suave, plus tendre. Il joue des modulations vocales avec une grande sensibilité et intelligence."
(wanderersite.com, Guy Cherqui, Irrelohe, Opera National de Lyon, 27.3.2022)

***

"... De même pour Michael Gniffke qui souligne toute la parenté entre Christobald et Loge. Deux êtres de feu, deux esprits malins et une même vocalité qui requiert un timbre de caractère où l’enjôleur le dispute au grinçant. Passées les premières phrases qui la cueillent à froid, "
(forumopera.com, Yannick Boussaert, Irrelohe, Opera National de Lyon, 21.3.2022)

***

"Le sinistre ménestrel Christobald, artisan du bûcher final et dont la vie a été brisée par le viol de sa fiancée Lola, est incarné avec une force ambigüe par le ténor Michael Gniffke "
(concertclassic.com, Jacqueline Thelleux, Irrelohe, Opera National de Lyon, 21.3.2022)

***

"Christobald, est interprété par le ténor allemand Michael Gniffke. Sa voix légère, fine voire tranchante, apporte une présence équilibrée à son caractère. Son soin de la langue allemande est apprécié et affirme d'autant le tempérament de son personnage."
(olyrix.com, Emmanuel Deroeux, Irrelohe, Opera National de Lyon, 20.03.2022)

***

"Die eindrucksvollste Arie des Abends: Michael Gniffke, der als böser Vater in „Das Urteil“ seinen Sohn Georg (Allen Boxer) grundlos in Grund und Boden verurteilt."
(onlinemerker.com, Les châtiments, Dijon, 14.02.2020)

***

"Plus en retrait, Michael Gniffke a lui aussi son heure de gloire dans le rôle du Père du Verdict, d’une vis comica irrésistible lorsqu’il saute sur son lit tel un convulsionnaire."
(concertonet, Les châtiments, Dijon, 16.02.2020)

***

"Sa capacité à traduire la folie sénile, dominatrice, le bourgeois méticuleux et calculateur comme le voyageur-inspecteur, scrupuleux et objectif n’est pas moins admirable, servie par des qualités d’émission exceptionnelles
(forumopera, Les châtiments, Dijon, 16.02.2020)

***

"Michael Gniffke, impressionnant dans le Wozzeck donné à Dijon en 2015, incarne avec un réalisme stupéfiant la folie sénile du père, le bourgeois calculateur et le scrupuleux inspecteur-voyageur, dont la ductilité vocale et la justesse d’émission font merveille.
(classiquenews, Les châtiments, Dijon, 16.02.2020)

***

"Michael Gniffke se montre diabolique d’ambiguïté. Son répertoire et son spectre sont suffisamment étendus pour qu’il oscille du ténor buffa à une profondeur wagnérienne qui devient proprement effroyable, notamment dans l’acte I, lorsque le vieillard, de moribond, devient une espèce de diable dansant et éructant sur son grabat."
(www.premiere-loge.fr, Les châtiments, Dijon, 16.02.2020)

***

"Stimmkräftig war Michael Gniffke ein skurril dickbäuchiger Aegisth."
(Der Opernfreund)

***

"Michael Gniffke schliesslich gelingt eine eindrucksvolle Kurzstudie des angemassten Möchtegernherrschers Aegisth."
(Online Musikmagazin 10/2015)

***

"... L’un des fous justement a retenu l’attention : celui du ténor Michael Gniffke, sans doute la plus dramatique, la plus théâtrale de toutes les voix. ..."
(lalettredumusicien.fr; Wozzeck, Dijon, 10.05.2015)

***

"L’émission, avec de beaux aigus, est exemplaire, tout comme le jeu."
(musicologie,org, Wozzeck, Dijon, 06.05.2015)

***

"Michael Gniffke ist ein subtil phrasierender Faust mit kräftigem Tenor."
(Berner Zeitung)

***

"Michael Gniffke ist ein Faust mit strahlenden Höhen, der vor allem in den höheren Lagen auch "französisch" klingt"
(Online Merker 14.08.2014)

***

"Michael Gniffke als Faust gefiel mit seiner differenzierten musikalischen Interpretation ..."
(Bieler Tagblatt)

***

"Ihr erliegt Don José – mit schönem lyrischem Tenor macht Michael Gniffke seine Zerrissenheit zwischen der Frau, die ihn magisch anzieht, und allem, was ihm bisher heilig war, deutlich."
(Schwäbische)

***

"José begreift dagegen bis zum Schluss gar nichts und Michael Gniffke verkörpert den auf dem Pulverfass seiner unverstandenen Gefühle sitzenden Soldaten exzellent"
(Südkurier)

***

"... eindrückliche stimmliche Höhepunkte: Geradezu heldisches Opernformat gab der Tenor Michael Gniffke der Figur des Mr. X..."
(Zentralschweiz am Sonntag / Neue Luzerner Zeitung)

***

"stimmgewaltiger Mr. X (Michael Gniffke) ..."
(Surseer Woche)

***

"Sängerisch ragt auch Michael Gniffke als Alfred mit ebenso lyrisch-schwärmerisch wie heldisch aufstrahlendem Tenor heraus..."
(Badische Zeitung)

***

"Bei Michael Gniffke bewundert man vor allem die lyrische Tenorstimme. Er kann einfühlsam mezza voce singen und dann aufdrehen wie ein Heldentenor"
(2x Rheinfelden)

***

"... Die warme und kraftvolle Stimme ... ging unter die Haut"
(Neue Aargauer Zeitung)

***

"Tamino (Michael Gniffke) überzeugte mit schön schmelzendem, aber auch zupackendem Tenor"
(Volksblatt, Liechtenstein)

***

"Michael Gniffke verfügt über eine schöne Stimme und eine vorzügliche Diktion"
(Neue Luzerner Zeitung)